Mon jardin

Axées par essence et par nécessité sur la culture potagère « horticole », les parcelles de jardins familiaux ont longtemps/souvent mis de côté l'expression de la nature sauvage. La lutte systématique contre les soi-disant « mauvaises herbes » et l’invasion annuelles des « nuisibles » a masqué la véritable place de ces « fidèles » compagnons de cultures.

Des terrains, laissés « propres » et nus suite à un bêchage à grosses mottes, l’usage intempestif de produits phytosanitaires, la non rotation des cultures doivent aujourd’hui laisser place à des pratiques favorisant la nature « ordinaire ».

Quels aménagements peut-on facilement mettre en oeuvre sur sa parcelle et plus globalement sur les sites de jardins, pour accueillir cette biodiversité qui, résoudra par elle-même une grande partie de nos difficultés ?

fleche rose lien  Une haie variée, composée de végétaux adaptés au terroir, pouvant nourrir et abriter diverses espèces d’oiseaux et d’insectes, possibles prédateurs de certains animaux indésirables.

fleche rose lien  Une mare, attirant grenouilles, crapauds et libellules, eux aussi prédateurs naturels.

fleche rose lien  Un nichoir à oiseaux, hébergeant un couple de mésanges bleues, gourmandes de chenilles et de pucerons.

fleche rose lien  Un hôtel à insectes accompagné de plantes mellifères et plantes hôtes pour attirer les insectes (abeilles, papillons) indispensables à la pollinisation.

fleche rose lien  Un tas de bois ou de feuilles pour fidéliser une famille de hérissons, consommateurs de divers gastéropodes (limaces, escargots).

fleche rose lien  Du compost bien mûr pour nos vers de terre, nos cétoines etc.